Richelieu

est. 1989   |   L'entraide à son meilleur

Attendez que je vous raconte…

Les-Fusiliers-Mont-Royal
Monsieur-Lorenzo-Richard-200x248-1
M. Lorenzo Richard

Retraité de Postes Canada et un vétéran de l’Armée Canadienne,
Lorenzo Richard
raconte son expérience vécue au front lors de la Seconde Guerre mondiale.
De son enrôlement dans les Fusiliers Mont-Royal jusqu’à son incarcération dans les camps de travail en Pologne par les Allemands.

Publié avec l’autorisation de son fils François Richard

Line-divider_militaire

La biographie de Monsieur Lorenzo Richard

Né à Mégantic au Québec le 7 février 1925, Lorenzo Richard a participé à la campagne de libération de la France lors de la Seconde Guerre mondiale.

Pour se joindre aux Voltigeurs de Québec en 1941, il se vieillit puisqu’il n’avait pas l’âge légal requis. À la suite à un remaniement de structures et à son envoi en Angleterre, le soldat Lorenzo Richard est transféré aux Fusiliers Mont-Royal en 1943.

Il participe à la campagne de France en Normandie. Le 21 juillet 1944, lors des assauts contre les fermes de Beauvoir et Trotteval, il est fait prisonnier par les Allemands près de Verrière en France.

Lors de sa captivité, il est envoyé en Pologne dans le camp Stalag VIII B où il effectue du travail forcé dans une mine de charbon pendant cinq mois.

Le 21 janvier 1945, à l’approche de l’armée russe, les Allemands évacuent le camp de travail. Le Soldat L. Richard et quelque 500 autres prisonniers entreprennent à travers la Pologne ce qui fut appelé la Marche de la mort.

Le 24 avril 1945, après plusieurs centaines de kilomètres à marcher dans des conditions hivernales extrêmes, il est libéré par les troupes américaines. Moins de 250 autres prisonniers ont survécu.

À son retour au Canada, l’Armée Canadienne lui offre la possibilité de suivre un cours d’électricien. À ce titre, il travailla 25 ans à la Northen Electric (Nortel) à Pointe-SaintCharles. Ensuite, il sera électromécanicien au sein de Postes Canada pendant une quinzaine d’années avant de prendre sa retraite. Pendant cette retraite bien méritée, il s’intéressera à la généalogie.

Il épouse Yvette Champoux en 1953 et de cette union naîtront François et Sylvie.

C’est avec fierté qu’il a accepté le 12 juillet 2016 l’honneur qui lui sera décerné par la France en lui remettant la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur pour souligner son engagement méritoire.

Chevalier_légion_dhonneur
Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur

Depuis le décès de son épouse bien-aimée en juin 2019, il est sous les bons soins du personnel dévoué de l’Hôpital des vétérans à Sainte-Anne de-Bellevue.

Écrit par François Richard


Pour toute information ou commentaire, contactez-nous